Régulation du secteur des jeux de hasard en Côte d’Ivoire

Les jeux de hasard en Côte d’Ivoire connaissent de plus en plus de participants. N’étant pas régulé comme cela se doit, ses effets se sentent dans la caisse nationale. À cet effet, la mise en place d’une autorité de régulation s’avère importante.

Après le vote du projet de loi sur les jeux de hasard, la Côte d’Ivoire compte créer un organe de régulation.

Les raisons de la mise en place de l’autorité de régulation

Ce dispositif qui sera installé a pour principal but de profiter à l’économie nationale ivoirienne. Le 15 mai dernier en Côte d’Ivoire, la loi qui modifie le régime juridique des jeux de hasard a été adoptée. Cette modification a été faite par la Commission en charge des affaires économiques et financières du sénat de la Côte d’Ivoire.

Les autorités ivoiriennes n’ont pas manqué d’apprécier cette réforme en cours. Selon celles-ci, ces nouvelles mesures qui seront prochainement adoptées vont permettre d’augmenter la qualité du suivi sur le secteur des jeux. Ils n’ont pas également manqué de mentionner qu’il existe de nombreux opérateurs de jeux qui sont peu scrupuleux. Ces réformes permettront de projeter une lumière sur ces derniers pour la sécurité des citoyens qui aiment les jeux de hasard.

Parlant de la sécurité, ce projet vient également profiter à l’État sur le plan de la protection civile. En effet, l’État a pour devoir de protéger la population. Ce projet vient s’ajouter aux armes dont il disposait pour bien mener cette lutte. Les personnes vulnérables ainsi que les mineurs sont ceux qui sont les plus exposés à ces jeux. La promotion des jeux responsables permettra à tous d’éviter les rafles des jeux que proposent les opérateurs peu scrupuleux.

La nécessité de la nouvelle disposition selon le ministre Adama Coulibaly

Le ministre de l’Économie et des Finances de la Côte d’Ivoire a justifié la nécessité de ce nouveau projet. Selon ses affirmations, on retient que de nombreux jeux de hasard fonctionnent clandestinement dans le pays. Ces jeux sont illicites et sont responsables d’énormes pertes à l’économie nationale en ce qui concerne les taxes. Les pertes enregistrées sont évaluées en dizaines de milliards a-t-il souligné.

Dans ce même ordre d’idée, le ministre Adama Coulibaly a évoqué les paris sportifs qui fonctionnent en Côte d’Ivoire et qui disposent de plus de 500 sites. Ceux-ci proposent des jeux en ligne aux Ivoiriens sans aucune autorisation. Annuellement, ils réalisent un chiffre d’affaires estimé à 6 milliards de FCFA environ. Cela équivaut à une perte de 180 millions de FCFA dans le compte fiscal de l’État.

Le ministre se prononce également sur le jeu « le loto ghanéen »

Le ministre Adama Coulibaly a précisé que le jeu « le loto ghanéen » fait également partie des jeux qui ne profitent pas à l’économie nationale. Selon ses dires, ce jeu dispose d’environ 5000 points de vente. Chaque année, « le loto ghanéen » réalise un chiffre d’affaires de 36 milliards de FCFA en Côte d’Ivoire. Dans le compte des recettes fiscales, environ 1 milliard de FCFA représentent un manque à gagner.

Pour finir, le ministre ivoirien de l’Économie et des Finances a justifié le fait que ces jeux de hasard illicites peuvent favoriser les activités criminelles. Comme exemple, celui-ci a parlé du financement du terrorisme et du blanchiment d’argent.

Article rédigé le 25 juin 2020à08h00 dans la catégorie :
Autres articles sur les jeux d'argent en Suisse
Jeux d'argent Côte d'Ivoire
Partagez sur les réseaux sociaux